Symptômes

Douleur aux fesses - causes de la douleur aux fesses

Douleur aux fesses - causes de la douleur aux fesses


We are searching data for your request:

Forums and discussions:
Manuals and reference books:
Data from registers:
Wait the end of the search in all databases.
Upon completion, a link will appear to access the found materials.

Douleur dans les fesses

Les douleurs aux fesses sont très courantes, mais elles sont généralement perçues par les personnes touchées comme des douleurs au dos ou au bas du dos, car on suppose généralement que les fesses ne commencent que là où commence le pli de la fesse - au lieu de cela, les muscles fessiers commencent à l'arrière du bassin. En raison de cette hypothèse et probablement aussi par honte, les personnes touchées parlent rarement directement de douleur dans les fesses. De plus, la douleur peut survenir dans cette zone, mais aussi irradier dans la région du dos, de sorte que la focalisation de la douleur ne peut souvent être reconnue et traitée que tardivement.

Symptômes: symptômes de douleurs aux fesses

De nombreuses personnes souffrent de douleurs de course ou de picotements en courant, en s'asseyant ou en se baissant, qui peuvent être centrées en un point et s'étendre sur de grandes parties du bas du dos ou même sur les cuisses. Alors que dans de nombreux cas, la douleur aux fesses ne survient initialement que dans des situations stressantes, plus tard dans les périodes de repos - souvent surtout le matin après de longues périodes de couchage - il y a des symptômes graves. La douleur dans les fesses survient à différentes intensités, rappelant souvent la douleur sciatique, bien que dans certains cas, les plaintes soient en fait déclenchées indirectement par le nerf sciatique, car un gros muscle fessier passe au-dessus de ce nerf (voir les causes de la douleur fessière).

Causes de la douleur aux fesses

Les douleurs fessières peuvent avoir de nombreuses causes différentes, par exemple, dans de nombreux cas, simplement une nouvelle selle de vélo qui n'a pas encore été «rodée» ou qui est parfois trop molle ou trop étroite, ce qui entraîne des problèmes au niveau des os du siège et ceux qui se fixent ici Les tendons musculaires peuvent venir. La «douleur musculaire» classique est également fréquente et en même temps relativement peu dramatique, en raison d'un stress physique inconnu comme une randonnée ou un long squat. De plus, le sport peut déformer les fessiers, les muscles de la hanche et les muscles de l'arrière de la cuisse sur l'ischion.

Cependant, la cause la plus fréquente est le dysfonctionnement des mouvements du corps et des organes de maintien (muscles, tendons et ligaments), causé par une surcharge chronique. Il existe différentes formes de causes fonctionnelles: d'une part, les douleurs dites myofasciales sous forme de tensions musculaires et tendineuses peuvent être le déclencheur de douleurs aux fesses, qui résultent principalement d'erreurs posturales ou de mouvements monotones au travail (coiffeurs, monteurs, porteurs de charge, etc.) et dans certains cas même sous la forme d'un durcissement palpable (soi-disant "nœuds de contraction" ou "points de déclenchement") peut être ressenti dans les muscles. Cependant, il ne faut pas oublier que les muscles peuvent également être inégalement sollicités par des maladies ou des malformations du squelette.

Une autre cause fonctionnelle de douleur dans les fesses peut être le «syndrome du piriforme», qui est causé par une irritation du nerf sciatique et se traduit par une douleur irradiant de la hanche, semblable à une hernie discale, mais sans lien de cause à effet .

Le nom du syndrome remonte au muscle piriforme, qui exerce ou transfère une pression interne ou externe sur le nerf sciatique, provoquant l'irritation. Cela peut être causé, par exemple, par des accidents ou des chutes sur les fesses, un stress prolongé et monotone (par exemple, une course d'endurance), un travail fréquent penché en avant, une inclinaison incorrecte ou un levage constant de charges lourdes qui entraîne une position hors de position.

De plus, une articulation sacro-iliaque bloquée peut être une cause fonctionnelle de la douleur dans les fesses, car des troubles de l'interaction des ligaments et des muscles très sollicités dans la zone des articulations entre la croix et le bassin (articulations sacro-iliaques, ISG en abrégé) peuvent provoquer des tensions musculaires. et des blocages aigus viennent. Ceci est généralement déclenché par des facteurs mécaniques tels que Mauvaise posture ou effort physique excessif, mais aussi un raccourcissement unilatéral de la jambe, une courbure accrue de la colonne vertébrale vers l'avant (lordose) ou une usure des articulations comme par ex. une arthrose de la hanche.

Douleur fessière avec irritation du nerf sciatique

En plus des causes fonctionnelles - la plupart du temps «de type sciatique» - une «vraie» sciatique (sciatique ou lumboischialgie) peut également être un déclencheur de douleurs dans les fesses. Cependant, la condition préalable est que les racines du nerf sciatique soient irritées ou endommagées, ce qui entraîne une douleur piquante dans une certaine bande de peau le long de la jambe, par exemple à l'endroit où la couture latérale du pantalon passe. De plus, il y a un picotement et / ou un engourdissement dans une certaine zone de la peau, ou un affaiblissement de certains muscles des jambes.

La cause de l'irritation du nerf sciatique est dans la plupart des cas une hernie discale, mais aussi des maladies telles que des éperons osseux dus à l'usure de la colonne vertébrale et des maladies du système osseux comprenant des troubles métaboliques (tels que l'ostéoporose, une inflammation, des fractures ou un abcès) sont également possibles.

Maladies rhumatismales inflammatoires

En plus des troubles fonctionnels fréquents du mouvement et des organes de maintien du corps et de la sciatique, les maladies inflammatoires-rhumatismales peuvent également être à l'origine de douleurs posturales, bien qu'elles soient beaucoup moins fréquentes, la spondylarthrite ankylosante étant ici particulièrement importante.

Il s'agit d'une maladie inflammatoire des articulations, dont les causes exactes sont encore inconnues, mais il est probable que le système immunitaire fonctionne mal. La maladie survient généralement entre la puberté et l'âge de 45 ans et se déroule souvent par épisodes, c.-à-d. l'alternance entre une activité de la maladie partiellement plus élevée et partiellement plus faible et dans le pire des cas (plutôt rare) peut conduire à une ossification complète de la colonne vertébrale entière.

Autres causes de douleur posturale

La douleur dans les fesses est également relativement rare à la suite d'un abcès dans la région pelvienne, les fesses ou les cuisses, qui peut résulter, par exemple, d'une infection de la colonne vertébrale, mais aussi à la suite d'une injection dans le muscle fessier. De plus, une zone rouge, enflée et ressemblant à un bouton dans le pli de la fesse combinée à une douleur soudaine peut indiquer une fistule du coccyx enflammée (sinus pilonidalis).

Une autre raison possible pour les plaintes est la soi-disant fibromyalgie, une maladie incurable, qui se caractérise par une douleur chronique avec une localisation changeante dans les muscles, autour des articulations et des maux de dos ainsi que divers effets secondaires.

En raison de la variété des causes possibles de douleur dans les fesses, une clarification médicale attentive et différenciée est nécessaire - également afin d'inclure d'autres tableaux cliniques possibles dans l'examen et de pouvoir développer une approche thérapeutique correspondante.

Options de traitement pour la douleur aux fesses

En cas de problème fonctionnel sous-jacent à la douleur dans les fesses, la thérapie consiste principalement en des exercices d'étirement physiothérapeutiques, souvent complétés par des applications de physiothérapie comme l'électrothérapie (applications en courant et ultrasons), dans le but de soulager les tensions musculaires. Sur le plan médical, un analgésique ou un relaxant musculaire (par exemple le paracétamol) est également prescrit si nécessaire, en cas de douleur intense liée à des troubles du mouvement, une préparation d'opium faible (opiacé) peut également être utilisée.

Dans le cas de la sciatique ou de la lumboischialgie, i.e. Irritation ou lésion du nerf sciatique, des approches thérapeutiques très différentes conviennent, bien que la sélection doive bien sûr toujours être faite par un personnel spécialisé approprié en fonction des symptômes individuels. Par exemple, ici Souvent, la position dite de marche est utilisée, à travers laquelle le bas du dos est soulagé et le nerf sciatique est détendu en pliant les jambes. De plus, la physiothérapie et l'électrothérapie sont généralement utilisées pour la «sciatique».

Dans le domaine des médicaments, les médicaments classiques sont généralement utilisés pour inhiber l'inflammation et la douleur, comme les anti-inflammatoires non stéroïdiens (en abrégé NSAR) (par exemple l'aspirine) et la cortisone. Cependant, la thérapie la plus efficace pour la lumboischialgie est la thérapie périradiculaire (PRT), une forme spécifique de thérapie par seringue dans laquelle le médicament approprié atteint les racines nerveuses touchées directement par infiltration locale et ciblée. De plus, une infiltration près de la moelle épinière, comme par ex. l '«infiltration épidurale» utilisée, qui ne doit cependant être réalisée que sous contrôle hospitalier en raison des effets secondaires possibles.

Si la cause de l'irritation ou de la lésion du nerf sciatique est particulièrement grave (par exemple, une très grande hernie discale) et que les mesures thérapeutiques susmentionnées sont insuffisantes, dans certains cas, des interventions chirurgicales dans lesquelles la hernie discale est retirée et / ou les trous de sortie du nerf sont élargis.

Si la cause est un abcès du bassin ou un abcès dû à des blessures, à des corps étrangers pénétrés ou à une seringue, celui-ci est généralement ouvert chirurgicalement et traité en parallèle avec un antibiotique. Dans le cas d'un abcès pelvien, il est également important que la cause de l'abcès soit clairement définie et traitée en conséquence.

Dans le cas d'une fistule coccyx, l'abcès est d'abord fendu et un lambeau en caoutchouc est inséré pour que le pus puisse s'écouler, puis le système de la fistule et la cavité de l'abcès sont enlevés chirurgicalement. Les nids de poils enflammés ou incarnés sont également supprimés, car ils sont généralement la cause de la fistule.

Traitement de la spondylarthrite ankylosante

Pour la spondylarthrite ankylosante, la thérapie la plus importante est la physiothérapie régulière, qui soulage la douleur et maintient la colonne vertébrale flexible et qui doit absolument être poursuivie de manière autonome à la maison. En plus de la physiothérapie, les analgésiques et les anti-inflammatoires (AINS) sont généralement prescrits par le médecin pour les maladies rhumatismales inflammatoires, mais ils ne doivent jamais être utilisés sur une longue période en raison d'effets secondaires possibles tels que des saignements d'estomac ou une faiblesse rénale.

En plus de cela, la sulfasalazine ou le méthotrexate sont souvent utilisés, mais généralement seulement si les articulations de l'épaule, de la hanche ou du genou sont gravement touchées par la maladie. De plus, des médicaments contenant de la cortisone sont parfois nécessaires pour intercepter un épisode aigu de maladie.

Dans les cas où le traitement médicamenteux est insuffisant, un traitement par radioactivité est recommandé dans certains cas, par ex. sous forme de thermothérapie au radon. En cas d'intolérance aux AINS, un traitement au radium 224 est occasionnellement utilisé, que le médecin utilise sous forme d'injections. Si la maladie de Bechterew entraîne déjà une mobilité réduite, une arthroplastie peut être nécessaire.

Naturopathie pour les douleurs aux fesses

La naturopathie propose une gamme de mesures thérapeutiques, notamment dans le cas des causes fonctionnelles de douleurs fessières, qui - selon les cas - peuvent être utilisées soit en alternative, soit en complément du traitement standard avec des analgésiques anti-inflammatoires. La thérapie par ondes de choc, par exemple, s'est avérée très efficace dans de nombreux cas, dans lesquels des ondes sonores à haute énergie sont dirigées vers les zones douloureuses du corps et ainsi les tensions ou les changements pathologiques des muscles, des tendons, des ligaments, etc. peuvent être spécifiquement éliminés.

Dans le cas de la douleur myofasciale, des formes spéciales de physiothérapie, d'ostéopathie et de physiothérapie s'avèrent souvent être des mesures thérapeutiques extrêmement utiles, ces applications n'étant souvent possibles qu'après un traitement de la douleur. De plus, les massages, ainsi que les traitements thermiques ou froids, ont également souvent un effet positif.

En cas de douleur intense et de troubles combinés du système musculo-squelettique, la stimulation nerveuse électrique transcutanée (TENS) offre également un complément médical alternatif aux analgésiques conventionnels. Des tentatives sont faites pour induire une réaction nerveuse par des stimuli électriques, ce qui a un effet relaxant sur les muscles, détend la circulation sanguine et réduit la douleur.

En outre, des procédures naturopathiques peuvent également être envisagées pour de nombreuses autres causes de douleur fessière - par exemple, dans le cas de la fibromyalgie, où il existe diverses options de traitement, telles que Thérapie sanguine autologue, thérapie nutritionnelle, acupuncture ou domaine de l'homéopathie.

Cependant, une longue histoire médicale est très importante, en particulier en homéopathie, afin de trouver un remède approprié - par exemple, l'arnica, la bryonia, le calcium carbonicum, le causticum ou même le ledum, le nux vomica ou le phosphore peuvent être indiqués pour le traitement de la fibromyalgie.

Thérapie à base de plantes médicinales (phytothérapie), par ex. L'écorce de saule, la griffe du diable ou l'encens sont souvent utiles pour la fibromyalgie. Les sels de Schuessler conviennent pour soutenir la thérapie, les sels 5 (potassium phosphoricum), 7 (magnésium phosphoricum) et 3 (ferrum phosphoricum) étant habituellement utilisés dans le cadre d'une thérapie basique.

Prévention des douleurs fessières

Les douleurs aux fesses sont très souvent causées par une mauvaise posture et des mouvements incorrects. Afin d'éviter que cela ne se produise, quelques points doivent être pris en compte dans les mouvements de tous les jours, car une charge incorrecte des muscles fessiers résulte notamment de soulever des charges lourdes, de se pencher fréquemment, d'une activité sportive sans échauffement préalable et d'une longue assise sur l'ordinateur.

Beaucoup de choses peuvent déjà être accomplies ici avec de petits changements: par exemple, les charges lourdes doivent toujours être soulevées des genoux, c'est-à-dire il est d'abord porté aux genoux, puis soulevé avec la force des jambes, les fessiers et le dos étant - contrairement au levage depuis la position debout - considérablement protégés.

Lors de l'exercice, il faut toujours veiller à intégrer suffisamment d'exercices d'échauffement dans l'entraînement, sinon le risque de tensions douloureuses, également au niveau des muscles fessiers, augmente massivement. La surcharge de ce muscle en restant assis pendant une longue période peut également être évitée en se levant de temps en temps pour détendre les muscles.

L'exercice régulier devrait toujours faire partie intégrante de la vie quotidienne - souvent, quelques minutes d'exercice par jour suffisent pour se sentir plus agile et actif. Il est conseillé de prévenir les douleurs fessières en évitant le surpoids. Une hygiène intime régulière peut être utile pour prévenir les infections cutanées désagréables telles que le sinus pilonidal ou une fistule coccyx dans la région des fesses. Ici, il peut également être conseillé de prendre des mesures contre une pousse de cheveux très luxuriante (non,)


Informations sur l'auteur et la source

Ce texte correspond aux exigences de la littérature médicale, des directives médicales et des études en cours et a été vérifié par des médecins.

Dipl. Sciences sociales Nina Reese

Se gonfler:

  • U. Kiltz et al.: Spondyloarthritis Axial, including ankylosing spondylitis and early forms, S3 guideline, German Society for Rheumatology (DGRh), (consulté le 28 août 2019), AWMF
  • Paul L. Liebert: Piriformis Syndrome, MSD Manual, (consulté le 28/08/2019), MSD
  • Alfred J.Cianflocco: Ischiassyndrom, MSD Manual, (consulté le 28.08.2019), MSD


Vidéo: La tendinite du moyen fessier ou de la hanche (Juin 2022).


Commentaires:

  1. Meinhard

    Selon toute probabilité. Probablement.

  2. Onfroi

    Quel sujet incomparable

  3. Kazralkree

    Dans ce quelque chose est et c'est une excellente idée. Je le garde.

  4. Brocleah

    Je vous demande pardon qui est intervenu ... à moi une situation similaire. Nous allons le prendre en compte.



Écrire un message